Les oraux blancs

Au terme du travail mené, je propose un ou plusieurs oral/oraux blanc(s) spécifique(s) de la/des ville(s) préparée(s).

Inspirée d’annales actualisées chaque année, je tends à être au plus proche du type de consignes que l’étudiant risque d’avoir le jour de son oral. L’évaluation se fait de manière quantitative (notes) et qualitative (commentaires) à travers une grille que j’ai établie au fil du temps. Celle-ce est destinée à ce que l’étudiant puisse comprendre ce qui a fonctionné et ce qui reste à améliorer. L’idée est en effet que l’oral blanc ne constitue pas une fin en soi mais soit bien un exercice préfigurant des points forts, des points faibles et du chemin qui reste encore à parcourir avant la passation des épreuves.

Il est bien sûr toujours possible de multiplier les oraux blancs pour une ville donnée.
Cela n’est toutefois pas de manière générale le conseil que je donne aux étudiants. Il me semble en effet important de ne pas « automatiser » les choses et de laisser à l’étudiant la possibilité de vivre la rencontre avec son jury. Ainsi mon accompagnement tente d’établir un subtil équilibre entre un travail de préparation et la conservation d’une certaine spontanéité.

En effet, authenticité, adaptabilité et capacités d’improvisation sont des aspects particulièrement (et de plus en plus) appréciés par les jurys.